“Davalada(1)” anticipée pour les bourrettes de Récusset

Une dizaine d’adhérents vont redescendre leurs bourrettes bien plus tôt que prévu. Une dizaine d’adhérents vont redescendre leurs bourrettes bien plus tôt que prévu. L'union du Cantal

Pas de rats cette année mais des estives grillées notamment sur Récusset, obligeant à alléger certains lots.

À la sortie du printemps, “les montagnes étaient magnifiques, la saison s’annonçait superbe !” Pas de rats taupiers à l’horizon, de l’herbe bien verte sur les estives de Pradiers et Récusset, “on regrettait presque de ne pas avoir pris plus d’animaux”, confie Laurent Bouscarat, directeur de la Coptasa. Trois mois plus tard, c’est un paysage de désolation digne des steppes arides d’Asie centrale : les vertes prairies ont laissé place à un tapis  jauni, en particulier sur le site de Récusset qui engrange d’ordinaire
1 600 mm de pluviométrie annuelle. On en sera bien loin cette année. “C’est un secteur montagneux où on prend d’habitude les orages, cet été ils sont tous passés à côté. En cumulé sur juillet-août, on n’a pas eu 30 mm de pluie”, déplore le directeur de la coopérative d’estives qui, depuis deux ans, a pris les devants et diminué le chargement pour parer à d’éventuels aléas climatiques ou invasions de nuisibles. Des allures de steppes arides Les températures caniculaires et le vend du nord qui a soufflé de façon assez importante sur les estives volcaniques ont fini de griller les monts. “Voir les montagnes aussi sèches à cette période, c’est, de l’avis même des anciens, quelque chose d’inédit”, avance Laurent Bouscarat.
Face à cette situation et au risque bien réel de pénurie d’herbe sur la fin de la saison, le bureau de la Coptasa réuni le 30 août a préféré une nouvelle fois anticiper.  La décision a donc été prise de proposer à une dizaine d’adhérents de redescendre précocement leurs bourrettes dès cette semaine pour décharger les lots de génisses de 1-2 ans. “Sur les 400 bourrettes estivées, on souhaiterait que 150 redescendent. On aurait pu amener du foin mais on n’est pas équipé pour ça et puis, s’il se met à pleuvoir, monter du foin en montagne serait très compliqué”, explique le responsable. Une décision bien comprise par les adhérents sollicités, qui ont répondu favorablement et accepté de jouer le jeu pour aider le collectif. Ce geste sera récompensé par un dédommagement (sous forme d’avoir) équivalent à une fois et demie la durée manquante  sur la saison d’estives.
Une saison qui s’achèvera le 28 septembre (contre le 2 octobre l’an dernier) mais “comme on est monté plus tôt (NDLR : 22 mai), on sera quand même à 130 jours d’estives”, calcule Laurent Bouscarat. Tous les animaux, sur les deux sites, devront cependant être redescendus au 8 octobre. S’agissant des doublonnes, la Coptasa estime que “ça devrait passer”. Du côté des lots de vaches, qu’ils soient sur Récusset ou Pradiers, les éleveurs sont invités à venir chercher les veaux âgés sevrés en montagne et à accentuer ainsi le mouvement déjà engagé par certains pour alléger le chargement global. 

Le mal est fait, la pluie n’y fera rien

Malgré ces conditions exceptionnelles, les bovins n’ont pas souffert et affichent un état très satisfaisant : “Les bêtes sont belles, ont bien profité, l’herbe reste appétante car elle est sèche”, analyse le directeur, qui n’attend plus rien du côté du ciel. Même pas - et surtout pas - un gros épisode de pluie ! Un vrai paradoxe. “De toutes façons, le mal est fait et la pluie ne rattrapera rien. Au contraire, s’il se met à pleuvoir 15 jours en septembre,  ça va finir de dégrader le peu d’herbe qu’il reste et il faudra descendre les animaux bien plus tôt.”
Et Laurent Bouscarat insiste sur le fait que cette stratégie est évolutive : “On fait le point chaque semaine et si besoin, on adaptera ce plan sans attendre le dernier moment.” Lui comme les administrateurs se félicitent en tous cas des choix actés par la coopérative suite à la pullulation de campagnols en 2015 : l’acquisition d’une montagne de 110 ha et des effectifs estivés réduits de 300 têtes(2) ont ainsi permis une baisse significative de chargement. “Sans ça, cet été, ça ne passait pas”, assure le directeur.     
P. OLIVIERI
(1) Descente d’estives.
(2) Quatre mille têtes ont été confiées cette saison à la coopérative dont 1 400 sur l’estive de Récusset.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'union du Cantal. Droits de reproduction et de diffusion réservés.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

CERFRANCE Cantal

Logo PleinChamp

logo MétéoFrance

Météo

Nuageux

19°C

Aurillac

Nuageux
Humidité: 51%
Vent: O-NO à 11.27 km/h
Vendredi
Globalement nuageux
8°C / 22°C
Samedi
Partiellement ensoleillé
7°C / 22°C
Dimanche
Ensoleillé
7°C / 21°C
Lundi
Ensoleillé
6°C / 20°C

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Aller au haut

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.