Pour une lutte précoce et collective

Le contrat de lutte permet à l’agriculteur signataire de s’engager dans une démarche de lutte  en bénéficiant d’aides pour la mettre en place. Le contrat de lutte permet à l’agriculteur signataire de s’engager dans une démarche de lutte en bénéficiant d’aides pour la mettre en place. L'union du Cantal

La FDGDon dresse le bilan des deux premières campagnes d’indemnisation des moyens de lutte contre le campagnol terrestre et présente le nouveau contrat quinquennal accessible dès 2018.

Créé par les professionnels agricoles en 2012 et agréé par l’État depuis 2013, le FMSE (Fonds de mutualisation sanitaire et environnemental) est un dispositif d’indemnisation, alimenté par des financements nationaux, européens et par les cotisations des exploitants agricoles affiliés. Le FMSE est constitué d’une section commune disponible pour tous les agriculteurs et de sections spécialisées qui indemnisent les pertes spécifiques à un secteur de production.
Au sujet du campagnol terrestre, ce fonds a ouvert deux programmes d’indemnisation sur la première campagne qui allait d’octobre 2015 à octobre 2016 : l’un couvrant partiellement les coûts de la lutte rendue obligatoire par l’arrêté préfectoral du Cantal signé le 23 octobre 2015 ; l’autre couvrant partiellement les pertes fourragères sur prairies dans les zones les plus touchées. Pour percevoir ces indemnités, la signature d’un contrat de lutte était obligatoire. Une deuxième campagne allant d’octobre 2016 à octobre 2017 s’est mise en place, avec une prise en charge des frais de lutte par la signature d’un nouveau contrat ou le renouvellement de l’ancien.
Concernant les programmes de lutte, la FDGDon du Cantal est missionnée par le FMSE pour l’instruction, la gestion et le suivi administratifs des dossiers auprès des agriculteurs. Une fois complets, ils sont transmis au FMSE pour instruction et versement des indemnisations.
Bilan des deux premières campagnes 2016 et 2017
Dans le Cantal, la profession agricole a insisté pour simplifier au maximum l’engagement dans la lutte en faisant signer des contrats annuels et gratuits. Pour cela, une adhésion de 20 € à la FDGDon 15 était demandée. Pour la campagne 2016, 901 contrats ont été souscrits par des agriculteurs engagés dans la lutte auprès de la FDGDon du Cantal. Au final, 854 dossiers ont été déclarés éligibles pour un montant total de 553 250 € (soit en moyenne 648 € par exploitation). Cette somme a couvert environ 50 % des frais de lutte. Pour la campagne 2017, 964 contrats annuels ont été signés dans le Cantal. La période de prise en charge des frais de lutte allait du 25 octobre 2016 au 25 octobre 2017. Les dossiers sont en cours de traitement. Les demandes d’indemnisation et les justificatifs de lutte vont être demandés par courrier de la FDGDon aux agriculteurs.
Lutte préventive et collective
On ne le répètera jamais assez : la lutte contre les campagnols doit s’organiser de manière précoce et collective. La surveillance régulière des parcelles est primordiale. Un arrêté préfectoral a classé la totalité des communes du Cantal en zone de lutte obligatoire. Les GDon, groupements communaux, sont des relais locaux essentiels pour fédérer et appuyer cette lutte. Les moyens actuellement proposés sont prévus pour diminuer fortement les populations de rongeurs en basse densité afin de sauvegarder au maximum la production fourragère. La lutte principale s’articule surtout autour du piégeage et des traitements chimiques à la bromadiolone ou au phosphure de zinc. Des méthodes complémentaires, comme le travail du sol, le broyage des refus ou le maintien des populations de prédateurs doivent être associées pour renforcer cette lutte directe. Sans oublier la lutte contre la taupe par piégeage ou gazage au PH3. La présence de cette dernière est un véritable précurseur des populations de campagnols. En début d’infestation, les campagnols sont presque invisibles au milieu des taupes. Lorsque les premiers tumuli de campagnols commencent à apparaître, la population de rongeurs est déjà importante.
Le contrat de lutte permet à l’agriculteur signataire de s’engager dans une démarche de lutte en bénéficiant d’aides pour la mettre en place.  Même si les contrats sont individuels, un agriculteur ne doit pas être seul à s’impliquer sur son secteur, faute de quoi l’efficacité de la lutte en sera fortement réduite.
Un contrat de lutte quinquennal dès 2018
Dans un souci d’harmonisation, le FMSE ainsi que le réseau des Fredon/FDGDon ont souhaité la création d’un contrat unique pluriannuel. Le coût sera de 550 € TTC sur les cinq années (110 € TTC / an + 20 € de cotisation à la FDGDon 15) avec une journée de formation obligatoire et la participation à deux réunions collectives pendant la durée du contrat. Ce contrat donne accès à une prise en charge de 75 % des dépenses réalisées en matière de lutte (matériel, produit, temps passé, prestation de service). Les formations obligatoires prévues dans le cadre de ces contrats de lutte débuteront à l’automne 2018. La FDGDon sera présente pour échanger sur les stratégies de lutte à mettre en place sur l’exploitation ainsi que pour participer à l’accompagnement technique et administratif.

Pour toute information : FDGdon du Cantal, Pierre Lestrade : 04 71 45 55 56. Agathe Fleys : 04 71 45 55 88.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'union du Cantal. Droits de reproduction et de diffusion réservés.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

CERFRANCE Cantal

Logo PleinChamp

logo MétéoFrance

Météo

SP_WEATHER_BREEZY

23°C

Aurillac

SP_WEATHER_BREEZY
Humidité: 45%
Vent: SE à 46.67 km/h
Dimanche
Orages dispersés
13°C / 23°C
Lundi
Averses
12°C / 18°C
Mardi
Orages dispersés
12°C / 17°C
Mercredi
Orages dispersés
11°C / 18°C

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Aller au haut

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.