FDSEA-FNSEA : la culture de la gagne

Sept responsables de la FDSEA du Cantal ont participé au congrès au sein de la délégation  de la FRSEA Aura. Sept responsables de la FDSEA du Cantal ont participé au congrès au sein de la délégation de la FRSEA Aura. L'union du Cantal

États généraux de l’alimentation, accords de libre-échange, prix des produits, zones vulnérables... : Joël Piganiol balaie les combats syndicaux.

De retour du congrès de la FNSEA, quel est le ressenti de la délégation cantalienne ?
Joël Piganiol, président de la FDSEA 15 : “On revient à la fois satisfaits des débats et échanges mais aussi déçus vis-à-vis du ministre (lire aussi en page 25). On retient aussi l’intervention de Christiane Lambert, son dynamisme et son engagement sur les différents dossiers et exigences portés par la FNSEA vis-à-vis des filières agricoles et des pouvoirs publics.”

Quel est l’état d’esprit qui prévaut aujourd’hui au sein de la FNSEA  ?
J. P. : “Une volonté forte d’ouverture sur les problématiques sociétales mais aussi d’anticipation et une bonne dose de détermination. Le contenu de ce congrès a été très riche, confirmant la diversité des agricultures en France et au sein de la FNSEA avec des problématiques de territoires et filières différentes. Ce qui a été clairement affiché, c’est cette volonté d’être en phase avec les évolutions de la société au travers du thème “Le monde bouge, bougeons”. Un thème qui a été abordé au travers des interventions de six experts et responsables syndicaux afin de travailler nos positions sur les prix et les attentes sociétales (deux volets des États généraux de l’alimentation) sur les notions d’environnement, de climat mais aussi d’innovation et de numérique.  Et, en lien avec les derniers éléments publiés par la Commission européenne, il a été question de la prochaine Pac.
Enfin, il y a eu un temps très intéressant sur la culture de la gagne, impulsée par Marc Lièvremont, ancien entraîneur du XV de France, qui, à travers son témoignage et sa proximité avec le monde agricole, a transmis sa détermination pour aborder les prochaines échéances que sont les élections Chambre d’agriculture en janvier 2019.”

Quels sont vos reproches à l’endroit du ministre  ?
J. P. : “S’il a confirmé les bonnes intentions du gouvernement sur l’aboutissement des États généraux de l’alimentation, il ne s’est pas engagé à aller vite sur leur finalisation. Et il a eu des positions à la fois très floues et inaudibles sur le Mercosur en indiquant une nouvelle fois que le secteur agricole devait s’ouvrir sur ce marché. Cette position française est inacceptable !”

Localement, quels sont les dossiers d’actualité pour la FDSEA  ?
J. P. : “On reste investis sur le dossier FMSE, dans l’attente du versement du solde des indemnisations. Les choses semblent en bonne voie entre le ministère et le FMSE pour un versement au plus tôt. Sachant qu’en paralèle, le paiement des aides du Département (80 000 €) et de la Région (300 000 €) devrait être imminent.
Sur la question des prix de nos produits, même si on attend l’application des États généraux, on continue de travailler sur la valorisation des différentes démarches de différenciation, qu’il s’agisse des démarches autour des races à viande ou territoriales en lait avec les AOP et le lait de montagne notamment. 
C’est un combat permanent. On le voit en production bovins viande : si les cours du maigre se tiennent, on assiste à une dégringolade sur le marché de la viande, en deçà du coût de production des animaux, sans qu’il y ait vraiment d’explication rationnelle. Et dans la filière laitière, on subit une sorte d’effet sandwich : avec d’un côté des opportunités liées à la pénurie de matière grasse, de l’autre la pression mise du fait des stocks de poudre  européens. Une nouvelle fois, les entreprises en profitent pour ne pas revaloriser  le prix à la production. Pourtant, cela n’a rien d’utopique comme le montre une entreprise positionnée sur le marché intérieur, Bel, qui annonce 350 €/1 000 l comme prix de base pour l’année 2018.
Nous continuons également notre combat sur les zones vulnérables. Avec comme objectif de faire sortir du zonage et de l’application de la directive Nitrates les communes du Cantal. Les discussions rouvertes sur ce dossier pourraient permettre des avancées d’ici l’été.”

FDSEA et JA sont aussi récemment montés au créneau sur le dossier de Coltines...
J. P. : “Oui et on souhaite aujourd’hui engager un recours contre la délibération du conseil municipal qui a acté le principe d’une consultation en vue de la communalisation de biens de section pour y accueillir une usine d’embouteillage d’eau. D’une part, la commune n’a plus de compétence économique, d’autre part, c’est inconcevable de positionner un tel projet sur des terres en zone Natura 2000 qui plus est classées prairies sensibles...”

Vous allez intervenir ce samedi à l’assemblée générale de la Fédération de chasse. Quel sera votre message ?
J. P. : “Nous avons engagé avec la FD de chasse un certain nombre de dossiers pour trouver des approches partagées en faveur de la régulation d’espèces chassabes ou nuisibles afin d’éviter leur prolifération et les dégâts sur l’activité agricole. On essaie parallèlement de construire des points d’équilibre sur l’indemnisation des dégâts tout en ayant le souci du renouvellement des chasseurs, en particulier dans les rangs des agriculteurs.”     
Propos recueillis par P. OLIVIERI


Plus d'infos à lire cette semaine dans L'union du Cantal. Droits de reproduction et de diffusion réservés.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

CERFRANCE Cantal

Logo PleinChamp

logo MétéoFrance

Météo

Partiellement nuageux

9°C

Aurillac

Partiellement nuageux
Humidité: 94%
Vent: S à 6.44 km/h
Mercredi
Ensoleillé
12°C / 26°C
Jeudi
Partiellement ensoleillé
13°C / 26°C
Vendredi
Partiellement nuageux
12°C / 21°C
Samedi
Partiellement ensoleillé
10°C / 21°C

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Aller au haut

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.